Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

27 juillet 2009

Jean-Christian Bourcart - CAMDEN, NJ : La beauté est dans la transgression

0709 001.JPG

CAMDEN, NJ

L'exposition de J.C. Bourcart aux Rencontres d'Arles allie des textes manuscrits aux images, punaisés au mur côte à côte. Les textes racontent avec précision le contexte et la situation dans lesquelles les photos ont été prises, ainsi que les relations et les dialogues qui peuvent accompagner la prise de vue. Parfois il y a du danger ("Cela semble absurde, mais j'ai juste cherché sur le Web "The most dangerous city in the USA"", raconte J.C. Bourcart dans le texte qui accompagne l'exposition.), parfois seulement de l'incompréhension mais les textes transforment l'image en micro-récit où intervient le photographe, sa fatigue et sa peur par exemple.

Dans un entretien réalisé avec Hélène Chouteau, Jean-Christian Bourcart donne cette définition un peu expéditive de la beauté : " Pour moi, la beauté est dans la transgression, le questionnement des interprétations, la conceptualisation de nos perceptions. Il faut être à la fois happé par la vie des images et en même temps, se rendre compte que ces dernières n’ont pas de fondement en elles-mêmes." (Catalogue du Jeu de Paume, 2007). Et c'est la sensation que parvient à donner l'accrochage d'Arles : On peut non seulement comprendre comment naissent les photographies, de quelle obstination et de quelle mise en danger, mais aussi qu'il s'agit d'un travail. On comprend mieux aussi le procédé qui opère pour qu'elles puissent ainsi nous happer. Le procédé est ancien, analysé par quantité d'ouvrages traitant de la photographie à tel point qu'on croit savoir exactement ce dont il retourne. L'effet de vérité n'est pas seulement un vieux concept usé jusqu'à la trame, c'est aussi l'effraction vivace d'une image à l'intérieur de nos pensées. Et que l'image soit ici accompagnée des mots qui en racontent la saisie lui donne une double face, un côté pile et un côté face qui en redoublent l'impact, élargissent la fissure nécessaire pour que ces visages et ces phrases puissent former une petite constellation mentale, une figure psychique capable de happer la pensée à l'intérieur de son orbite.

Lire la suite